Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2016

La préfecture des étrangers par Laurent Bouisset

 

Des-migrants-font-queue-devant-prefecture-Caen-attendant-ouverture-guichet-accueil-etrangers-14-novembre-2011_0_1400_933.jpg

photoAFP

 

La préfecture des étrangers

est un lieu bas de cœur
et de plafond
la nuit s'y cogne
et s'y prélasse l'aigreur
adipeuse
tout le temps

tu auras beau bouffer de la salade
et même aller courir assez souvent,
tu te trimbaleras dans ce rade
la bedaine du bonhomme Michelin

c'est que la légèreté devient obèse
passé la porte
le soleil simplement décède,
et te vient cette haine rampante,
cette frousse vive
au corps flanquée
par de sinistres employés séduisants

 

certes, un grand nombre
de ces goules sont gentilles...
vous me croyez ?
vous les imaginez volontiers délicats ?
enclins à manier l'humour fin ?
oui... le second degré
pour ces professionnels du chiant
est un grand art !
 
il faut dire que c'est chose assez... cossue !
cocasse aussi il se pourrait !
que macérer derrière sa vitre
à titiller tous les matins notre exaspération,
et après ça...
je veux dire : à la fin de ces journées
passées à emmerder l'humanité
font-ils l'amour ?

sourient-ils à leur vide
dans le miroir... ou
se demandent-ils
à eux-mêmes
un acte de naissance ?

je n'ai pas le désir
de les plonger crûment
dans l'eau bouillante

non, je ne désire pas non plus
leur brûler l'intestin
avec une clope

juste ces humains-là
je les regarde

je les observe et les dissèque
avec le calme
et la joie de l'ado
fixant l'acné
apparue sur son front

oui, je les dévisage en gros
comme une pustule
mais sans violence
rassurez-vous

après tout ces pantins ont-ils le choix ?
ont-ils un instant consenti
au rabaissement de leur psyché à ces latrines ?

le plus beau serait qu'ils y croient évidemment...
la foi en l'administration
ferait d'eux des idiots spectaculaires !
mais j'ai surtout le sentiment
qu'ils nous ressemblent...
oui, qu'ils sont à peiner comme nous
dans la gadoue
en bousiers lents

s'ils pouvaient peiner plus...
si notre père barbu qui êtes aux cieux
entendait ma prière et les rendait
pour le moins... insomniaques !
oui, s'il les gratifiait amoureusement
d'une belle dépression ! je jouirais presque !
autant dire que je m'enduirais de leur bassesse...
je planerais bas...
en cela le reflet du lieu,
sommet du bas ! je le rappelle

allons du nerf !
dégage enfin ta peau de là !
avant la mort absolue de ton âme !

 

mais sans leurs papiers, je puis vivre ?

alors... que faire ?
rien
baisser consciemment

avancer dans la bouse en le sachant

mais sans jamais perdre de vue
qu'il s'agit d'un cauchemar
et non de la réalité
à moins qu'il s'agisse de l'inverse ?

la frontière à tracer est floue
dans ce mouroir où dépité j'en vois
qui simplement pourrissent d'attendre

au fond de la pire des réalités
on peut toujours dénicher dans la suie
un soupirail

par là, je cherche et scrute et flaire encore,
mais j'ai beau m'esquinter le cœur poisseux
rien, de la suie...
de la suie consternée en tas encore...

des nerfs tendus dedans s'obstinent
à mâcher des orties

et l'humour cherche à s'envoler
comme un oiseau dans un égout

les ailes pas noires encore totalement
jaune pâle non plus
peut-être habillées de... violet ?

 

source : revue Nouveaux Délits n°55

 

 

13/12/2016

Quand les femmes deviennent indésirables dans les lieux publics...

 

11/12/2016

un instant de réflexion avec Nicole Ferroni

merci à cg pour cette découverte

 

00:28 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (1)