Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2013

Sous la neige, la saleté ? / Léa Cullen-Robitaille

Écoblanchiment, n. m.: opération publicitaire par laquelle les entreprises polluantes lavent leur réputation plus blanc que blanc

 
 

cullen robitaille.jpg

Léa Cullen-Robitaille, journaliste universitaire québécoise



Une usine crachant de belles fleurs colorées dans le ciel. À en croire une publicité de Shell, l’industrie pétrolière ressemble à cela. Depuis quand ses rejets atmosphériques ont-ils un doux parfum floral? Probablement depuis que l’écoblanchiment existe.

On reconnaît l’écoblanchiment quand les dépenses en marketing «écologique» sont plus importantes que celles visant à améliorer le produit. Pour verdir leur image, les entreprises ont recours à de faux logos, des associations trompeuses ainsi qu’à des termes imprécis et vagues. Ainsi, Dasani présente ses bouteilles d’eau entourées de feuilles vertes. Et les autos écoénergétiques sont vendues comme étant les plus écologiques de leur catégorie. Le bus, lui, fait rarement l’objet de publicités!

L’écoblanchiment permet de donner bonne conscience au consommateur, qui fait face à un dilemme moral au moment d’acheter. Grâce à lui, on peut penser qu’on sauvegarde l’environnement en consommant. Sauf que... une bouteille d’eau, même avec 15% de plastique en moins, restera une bouteille de plastique, une dépense énergétique superflue et un futur déchet. Une auto écoénergétique sera toujours un moyen de transport individualiste dont le processus de production est polluant et extrêmement énergivore. Une entreprise d’entretien des pelouses se vantant de travailler pour un environnement plus vert continuera d’encourager les monocultures qui affaiblissent la diversité végétale, qui réquisitionne énormément d’eau et de produits polluants.

Comment séparer le bon grain de l’ivraie? En recherchant des logos de confiance, comme ÉcoLogo, un symbole de certification qui reconnaît des produits et services respectant des normes environnementales élevées. Peu de produits peuvent les arborer. C’est normal, car les standards sont exigeants.

Faut-il systématiquement lever le nez sur toutes les initiatives vertes? Sûrement pas. Certaines décisions peuvent apporter un véritable bénéfice pour l’environnement. Qu’elles proviennent d’entreprises dont le lien avec la nature peut sembler faible ne réduit en rien leur valeur. Par exemple, Wal-Mart a annoncé sa volonté de réduire de 20% ses émissions de GES d’ici 2012. C’est toujours ça de plus pour la planète. On attend maintenant leur bilan. Et tant mieux si cela apporte un bénéfice à l’entreprise.

L’écoblanchiment se compare à la neige: une illusion de pureté, un scintillement spontané. Mais, tôt ou tard, la neige fond pour laisser place à la réalité. Nid de poule ou sol fertile? À nous de creuser pour découvrir ce qui se cache derrière les mascarades publicitaires.

Quelques logos fiables

Marine Stewardship Council

Seuls les poissons et les fruits de mer issus de la pêche sauvage provenant d’une pêcherie certifiée peuvent porter ce logo. L’évaluation scientifique, réalisée par une tierce partie indépendante, porte sur les pratiques de gestion environnementale. msc.org

Biologique Canada

Les produits certifiés renferment un minimum de 95% d’ingrédients biologiques. De plus, ils doivent se conformer à la norme canadienne sur ce type de production. Ce logo peut se trouver sur des aliments variés tels que le bœuf, les fruits et légumes, le lait et les œufs. organicbiologique.ca

Energy Star

La certification Energy Star permet aux consommateurs de repérer les produits qui offrent un rendement énergétique optimal par rapport aux autres produits de leur catégorie. oee.rncan.gc.ca/residentiel/6920

EcoLogo

Cette certification prend en considération les répercussions environnementales du produit tout au long de son cycle de vie, de sa production jusqu’à son élimination. Environnement Canada dit la réserver aux biens qui présentent un leadership en matière d’environnement. ecologo.org 
 
 
 

source : le fil


28/12/2012

Déchets toxiques, mortel héritage / Marie-Laure Widmer-Baggliolini & Jean-Daniel Bohnenblust 2012

 

Toxiques, précieux par leurs composants et toujours plus abondants, les déchets électriques et électroniques déferlent sur la planète. Partiellement recyclés dans les pays du nord, nos téléphones, ordinateurs, télévisions, frigos... prennent les chemins du sud pour une deuxième vie, souvent courte, souvent illégale, avant de finir, brûlés et démantelés sur des décharges, causant des dommages irréparables pour la santé et l'environnement. Enquête de la Suisse à l'Afrique.

 

… ce qui se passe, ici en Suisse, se passe sans nul doute ailleurs…

 

 

marie-laure-widmer-baggiolini.jpg Jean-Daniel Bohnenblust.jpg

Marie-Laure Widmer-Baggliolini, journaliste à la RTS

Jean-Daniel Bohnenblust,né en 1962, journaliste à la RTS

 


 

 

 

Source : Télévision Suisse Romande

http://www.rts.ch/video/emissions/temps-present/4289445-dechets-toxiques-mortel-heritage.html

 

 

 

20/11/2012

Fukushima une population sacrifiée / David Zavaglia 2012

 

img_2287.jpg

David Zavaglia, docteur ès sciences en biologie cellulaire et moléculaire, journaliste scientifique.

 

 

voir aussi  http://onaironaironair.wordpress.com/2012/03/06/