Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2013

Du pouvoir d'Achat au pouvoir d'Etre / Philippe Derudder 2012

 

Derudder3.jpg

Philippe Derudder, né en 1948, ancien chef d’entreprise dans le transport et le négoce international, auteur alternatif


plus sur Philippe Derruder 

15/01/2013

... vues des murs ou d'ailleurs...

f00.jpg

f01.JPG

f01b.jpg

f02.png

f03.png

f05.jpg

 

 

09/01/2013

impôts sur les feignants / Montéhus 1931

 

Montehus-filtered.png   feignants2.jpg

 

Montéhus, 1872-1952, chansonnier français




en voici les paroles.



Que l'on impose les très grandes richesses,
Ceux qui possèdent des châteaux, des palais,
Ceux dont la vie n'est faite que d'allégresse,
Sans nul souci, ne travaillant jamais.

Que l'on impose les archimillionnaires,
Mais qu' désormais on laisse à l'ouvrier,
Intégralement l'argent de son salaire,
Pour qu'il n'y ait plus d' misère à son foyer,

Au lieu d'imposer l' travailleur,
Qui gagne le pain de ses enfants,
Imposez plutôt les noceurs,
Qui gaspillent tant d'argent.


Refrain
Oh, oui ! La loi qu'il fallait faire,
J' vous l' dis, messieurs du Parlement,
C'est pas l'impôt sur les salaires,
Mais c'est l'impôt sur les fainéants.


Vous qui voulez qu'on repeuple la France,
N'écrasez pas par de nouveaux impôts,
Le travailleur, car alors sa conscience,
Se révolterait contre tous ses bourreaux.

Ce que le père peut gagner à l'usine,
Ça, c'est sacré ! Messieurs, n'y touchez pas !
Oui, votre impôt, c'est l'impôt d' la famine,
Et cette loi, Marianne, fiche-la en bas.

Au lieu d'imposer l' travailleur,
Qui enrichit l' gouvernement,
Imposez plutôt les noceurs,
Et qu'ils paient pour les pauvres gens.


au Refrain


et, en prime, la version chantée par  Francis Marty, en 1931

 

marty.jpg


podcast


Plus sur Montéhus