Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2017

Psychologie des foules / Gustave Le Bon 1895

603572Lebon.png

 

Gustave Le Bon, 1841 – 1931, médecin et sociologue français, qui s’est intéressé aux comportements collectifs.

le bon.jpg

cliquez sur la couverture pour ouvrir le pdf

 

 

21/09/2017

impôts sur les feignants / Montéhus 1931

 

Montehus-filtered.png   feignants2.jpg

 

Montéhus, 1872-1952, chansonnier français

 



en voici les paroles.



Que l'on impose les très grandes richesses,
Ceux qui possèdent des châteaux, des palais,
Ceux dont la vie n'est faite que d'allégresse,
Sans nul souci, ne travaillant jamais.

Que l'on impose les archimillionnaires,
Mais qu' désormais on laisse à l'ouvrier,
Intégralement l'argent de son salaire,
Pour qu'il n'y ait plus d' misère à son foyer,

Au lieu d'imposer l' travailleur,
Qui gagne le pain de ses enfants,
Imposez plutôt les noceurs,
Qui gaspillent tant d'argent.


Refrain
Oh, oui ! La loi qu'il fallait faire,
J' vous l' dis, messieurs du Parlement,
C'est pas l'impôt sur les salaires,
Mais c'est l'impôt sur les fainéants.


Vous qui voulez qu'on repeuple la France,
N'écrasez pas par de nouveaux impôts,
Le travailleur, car alors sa conscience,
Se révolterait contre tous ses bourreaux.

Ce que le père peut gagner à l'usine,
Ça, c'est sacré ! Messieurs, n'y touchez pas !
Oui, votre impôt, c'est l'impôt d' la famine,
Et cette loi, Marianne, fiche-la en bas.

Au lieu d'imposer l' travailleur,
Qui enrichit l' gouvernement,
Imposez plutôt les noceurs,
Et qu'ils paient pour les pauvres gens.


au Refrain


et, en prime, la version chantée par  Francis Marty, en 1931

 

marty.jpg


podcast

 

Plus sur Montéhus

 

 

19/12/2015

un peu de recul avec Marc Aurèle...

 

les maîtres 003.jpg

 

Tout ce qu'on entend est une opinion, pas un fait.

Tout ce qu'on voit est une perspective, pas la vérité.

 

...il semble qu'en ces jours encore tout troublés, ces deux phrases dérangent la belle pensée unique...

 

merci cg