Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2017

Political World / Bob Dylan 1989

bob-Dylan-Great-photo.jpg

 

 

 

  Political World

 

 

  Un monde politique

We live in a political world,
Love don't have any place.
We're living in times where men commit crimes
And crime don't have a face

Nous vivons dans un monde politique,
L'amour n'y a pas sa place.
Un monde où les hommes sont criminels,
Et le crime n'a pas de visage.

We live in a political world,
Icicles hanging down,
Wedding bells ring and angels sing,
Clouds cover up the ground.

Nous vivons dans un monde politique,
Un monde fait de glaçons suspendus,
Des cloches sonnent et des anges chantent,
Mais des nuages couvrent le sol.

We live in a political world,
Wisdom is thrown into jail,
It rots in a cell, is misguided as hell
Leaving no one to pick up a trail.

Nous vivons dans un monde politique,
Où la sagesse est jetée en prison,
Pourrit dans une cellule, erre comme en enfer,
Et on ne permet à personne de s'enfuir.

We live in a political world
Where mercy walks the plank,
Life is in mirrors, death disappears
Up the steps into the nearest bank.

Nous vivons dans un monde politique
Où la pitié marche sur la planche,
La vie est dans les miroirs, la mort disparaît
Dans la banque la plus proche.

We live in a political world
Where courage is a thing of the past
Houses are haunted, children are unwanted
The next day could be your last.

Nous vivons dans un monde politique
Où le courage est une chose dépassée,
Où les maisons sont hantées, les enfants superflus,
Le jour prochain pourrait être le dernier pour toi.

We live in a political world.
The one we can see and can feel
But there's no one to check, it's all a stacked deck,
We all know for sure that it's real.

Nous vivons dans un monde politique,
Nous pouvons le voir et le sentir,
Il n'y a personne pour le contrôler, c'est un jeu truqué,
Mais nous savons tous que c'est la réalité.

We live in a political world
In the cities of lonesome fear,
Little by little you turn in the middle
But you're never why you're here.

Nous vivons dans un monde politique,
Dans des villes de peurs et de solitudes.
Petit à petit tu te replies,
Mais tu ne sais jamais pourquoi tu es ici.

We live in a political world
Under the microscope,
You can travel anywhere and hang yourself there
You always got more than enough rope.

Nous vivons dans un monde politique,
Sous un microscope,
Tu peux aller n'importe où et t'y pendre,
Tu trouveras toujours plus qu'il te faut de corde.

We live in a political world
Turning and a'thrashing about,
As soon as you're awake, you're trained to take
What looks like the easy way out.

Nous vivons dans un monde politique,
Tourbillonnant et en ébullition,
A peine réveillé, tu es prêt à prendre
Ce qui semble la voie facile pour en sortir.

We live in a political world
Where peace is not welcome at all,
It's turned away from the door to wander some more
Or put up against the wall.

Nous vivons dans un monde politique,
Où la paix n'est pas la bienvenue,
On la détourne de ta porte pour vagabonder,
Ou la cloue contre un mur.

We live in a political world
Everything is hers or his,
Climb into the frame and shout God's name
But you're never sure what it is.

Nous vivons dans un monde politique
Où tout est à elle ou à lui,
Grimpe le plus haut possible, crie le nom de Dieu
Mais tu ne seras jamais sûr de ce qu'il en est.

Traduction de Pierre Mercy

 

22/09/2017

... 4 vues des murs ou d'ailleurs...

 

02.png

10.jpg

08.png

07.png

 

21/09/2017

impôts sur les feignants / Montéhus 1931

 

Montehus-filtered.png   feignants2.jpg

 

Montéhus, 1872-1952, chansonnier français

 



en voici les paroles.



Que l'on impose les très grandes richesses,
Ceux qui possèdent des châteaux, des palais,
Ceux dont la vie n'est faite que d'allégresse,
Sans nul souci, ne travaillant jamais.

Que l'on impose les archimillionnaires,
Mais qu' désormais on laisse à l'ouvrier,
Intégralement l'argent de son salaire,
Pour qu'il n'y ait plus d' misère à son foyer,

Au lieu d'imposer l' travailleur,
Qui gagne le pain de ses enfants,
Imposez plutôt les noceurs,
Qui gaspillent tant d'argent.


Refrain
Oh, oui ! La loi qu'il fallait faire,
J' vous l' dis, messieurs du Parlement,
C'est pas l'impôt sur les salaires,
Mais c'est l'impôt sur les fainéants.


Vous qui voulez qu'on repeuple la France,
N'écrasez pas par de nouveaux impôts,
Le travailleur, car alors sa conscience,
Se révolterait contre tous ses bourreaux.

Ce que le père peut gagner à l'usine,
Ça, c'est sacré ! Messieurs, n'y touchez pas !
Oui, votre impôt, c'est l'impôt d' la famine,
Et cette loi, Marianne, fiche-la en bas.

Au lieu d'imposer l' travailleur,
Qui enrichit l' gouvernement,
Imposez plutôt les noceurs,
Et qu'ils paient pour les pauvres gens.


au Refrain


et, en prime, la version chantée par  Francis Marty, en 1931

 

marty.jpg


podcast

 

Plus sur Montéhus