Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2017

Diversion ou les 10 ans du TTIP-TAFTA... une fiction politique ?

source

 

 

19/12/2016

La face cachée du sexe féminin par Maïa Mazaurette

Cachez ce sexe qu’on ne saurait voir – depuis la feuille de vigne, nous avons bien compris le message. Quand on cache le sexe, on cache la sexualité… Mais si un sexe est « naturellement » caché, la sexualité devrait-elle l’être aussi ? Peut-on être censurée de naissance ?

 

965742-1143273.jpg

l'origine du monde  Gustave Courbet  musée d'Orsay

 

Vous connaissez la chanson : le sexe féminin serait contrariant parce que invisible, au contraire de celui des hommes, qui ont un pénis bien en évidence, aux excitations spectaculaires, contenues entre l’érection et l’éjaculation.


Les femmes seraient non seulement affublées d’un orifice, mais elles en seraient un tout entier. Leur désir serait impalpable. On ne sait ni quand une femme mouille, ni quand elle ovule, ni quand elle jouit, et ça commence à faire beaucoup. D’où, d’ailleurs, notre condamnation de la simulation – si on pouvait passer les femmes au détecteur de mensonge, on le ferait (on n’aimerait pas les résultats).


Tout cela est charmant (pas vraiment) et peut sembler pratique (pas non plus). Pourrait-on maintenant faire une pause dans la malhonnêteté intellectuelle ? Déjà, le pénis des hommes n’est pas si évident que ça – même les chanceux affublés ici-bas d’une andouillette king-size 5A ont une fâcheuse tendance à porter des vêtements (ah, les prudes).


Un set génital impressionnant


Même dans l’intimité, la majorité se couvrira de pyjamas ou de boxers – un coup de froid est vite arrivé. Dans l’espace public, le pénis n’est pas plus visible qu’un vagin, et si certains hommes le voient partout, tout le temps, ça s’appelle de l’obsession (personnellement, je parviens à regarder même Rocco Siffredi dans les yeux).


Ensuite, réduire le sexe féminin à un orifice, expliquer que les femmes se construisent dans l’absence, c’est 1) amusant, 2) condescendant, mais il faudrait peut-être leur demander leur avis. Les petites filles ayant reçu une éducation féministe n’ont pas grandi dans l’amputation.


Non seulement nous avons un sexe visible, merci bien, ça s’appelle une vulve, mais quid de cette histoire de trou ? Je suis désolée d’enfoncer des portes ouvertes, mais quelle est cette absence qu’on peut toucher, qui se contracte, qui pulse, qui a des demandes, et ce, dès les premières années ? Dans quel monde vivent les personnes qui parlent d’orifice – s’imagine-t-on que les filles mettent leurs mains dans leur culotte pour n’y trouver qu’un vide, une matière noire ? Que, même sans curiosité graphique, elles ne connaîtraient jamais ni leur goût ni leur odeur ? Qu’elles seraient prises de cécité systématique devant leurs sécrétions ?


On nous renvoie au trou comme si les parois vaginales restaient écartées, propices aux courants d’air. Comme si nos pauvres cerveaux femelles n’allaient jamais vraiment intégrer qu’une fente remonte à l’utérus – un set génital impressionnant, complet, plaisant et reproduisant. C’est exactement comme si on disait que les hommes sont un trou parce qu’ils ont un urètre. Exactement comme si on leur assénait que leur sexe était invisible, parce qu’ils ne peuvent pas voir l’intérieur de leurs testicules. Misère.


Hypocrisies


Cette conception toute politique du corps humain implique une curiosité sans borne pour le désir féminin, toujours à décrypter, contrairement au désir masculin qui serait aussi solide et constant qu’une batte de base-ball (ne vous flattez pas). Comme s’il fallait choisir entre subtilité et bourrinage. Comme si l’excitation sexuelle féminine restait nébuleuse, désincarnée (car comment incarner un trou ?), avec des pâquerettes pour la déco.


En bonnes chérubines dénuées de sexe, éternelles enfants, nous pourrions ignorer le sang qui s’accumule dans les zones érogènes, nous zapperions la lubrification, nous passerions à côté des contractions musculaires. Bienheureuses les femmes, purs esprits flottant au-dessus des réalités matérielles, jamais distraites, dérangées par rien, plus productives au boulot !


Alors d’accord : le désir féminin est plus compliqué à remarquer que le masculin. Tout serait affaire de contraste. Le premier problème, c’est que cette conception binaire invisibilise et disqualifie la moitié de la libido humaine. Le deuxième problème est qu’on ne puisse, en 2016, envisager le corps féminin qu’en relation avec le corps masculin, ou du moins à travers un regard masculin forcément neutre (un intéressant retournement du concept de norme, puisqu’il faudrait moins de la moitié de la population pour créer cette norme).


Outre la pauvreté de cette conception du sexe façon saint Thomas (« Si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point »), on se lasse de telles hypocrisies. Demander à voir, c’est dénier à l’autre une part d’intimité. C’est vouloir tout comprendre pour mieux contrôler. C’est affirmer son désir contre celui de l’autre.


On castre les femmes


De toute façon, s’il fallait voir le désir féminin, pourquoi s’acharner à le couvrir ? Pourquoi ce double standard qui veut qu’un homme puisse montrer ses seins, mais pas une femme, alors même que cette tolérance permettrait de rendre visibles au moins certaines manifestations d’envie ? Pourquoi nous priver de parole sexuelle, de mots cochons, de la liberté de faire des avances (« Dans la bouche d’une femme c’est vulgaire ») ?


Pourquoi célébrer le mystère féminin, alors qu’on se plaint de cette opacité ? Pourquoi cette constante censure – les seins allaitants, les corps trop déshabillés sur les panneaux d’affichage, les corps trop politiques sur la plage ?


Plutôt que de s’interroger sur un désir intrinsèquement invisible, il faudrait se demander pourquoi nous refusons de voir. Pourquoi nous détournons, non pas notre regard, mais des corps en entier. On peut avancer des raisons morales ou religieuses, du double standard, une pudeur sélective. Mais aussi de la méchanceté : on castre les femmes. On les réduit à des orifices, on les réduit au vide. On tente de les anéantir. Ce n’est pas très sympa.


Même si le désir féminin était réellement invisible, on pourrait toujours le rendre dicible. Il suffirait de nous poser la question. Il suffirait de nous demander si nous avons envie. Une fois encore, si l’ordre social s’en abstient, c’est dans l’intérêt des hommes : ne pas savoir, c’est pouvoir outrepasser.


Si les femmes ne peuvent pas exprimer leur désir, il est quasiment justifiable de se raconter soit qu’elles sont toujours consentantes (c’est dans leur nature animale) soit qu’on s’est mal compris (ah, le viol par erreur de communication ! Presque aussi crédible que le crime par passion ou la violence domestique par amour).


Le sexe féminin n’est pas invisible : nous refusons de le voir. Il n’est pas impensable, seulement ignoré, par paresse intellectuelle et par pur égoïsme. Et pourtant. Le désir des femmes est là, présent, complexe, tissé de chair, de neurones et de terminaisons nerveuses. Il est mesurable. Malgré notre culture du déni, il parvient à exister, il commence même à s’exprimer : le sexe parle, tendons l’oreille – ça nous changera.

 

 

Source   le Monde

 

 

17/12/2016

A la soupe populaire, je t'invite... par Lionel Mazari

margaret-bourke-white-the-l.jpg

Margaret Bourke White, Soupe populaire à Louisville, 1937

 

A la soupe populaire, je t'invite ; j'ai deux trois tickets dans la poche ; je sais : ce n'est pas trop le genre d'endroit pour les affaires. Les gens qui vont là-bas, ils font la gueule, et ne l'ouvrent pas en mangeant ; ce n'est pas de la politesse non, mais ils croient que c'est la honte qui les oblige ; alors ils ne disent pas qu'ils n'ont pas fait ci qu'ils n'ont pas fait ça ; et ça ne les rend pas trop gais non plus de voir toutes ces femmes et tous ces hommes qui leur ressemblent. A ruminer le prochain repas.


Ici chacun est un miroir brisé pour l'autre. Il y a des files d'attentes déçues dans les reflets des vitres sales où la détresse et la misère sont reproduites à l'infini ; et puis à l'intérieur, comme dans la longue et lente et lourde salle silencieuse des corps, la fatigue et la colère mettent les taches du vertige dans les yeux louches des solitaires accablés.


Cette nourriture qu'on y sert, vaches maigres et choux blancs, sans la faim, ils la laisseraient bien à de moins pauvres. Chacun mastique dans son coin, sans parole, le bras autour de l'assiette. Ici c'est pour un rab de dignité qu'on dissimule avec pudeur ses restes et ses miettes d'identité derrière un bras de déshonneur.


A l'asile de nuit aussi, tu pourras venir. Je te préviens, la douche est obligatoire. Et le couvre-feu à dix heures... Des fois qu'un feu brûlerait encore la chair de soufre des sans-papiers aux mille maux.


Et puis il faudra se lever avant l'heure car le grand lâcher des clochards se fait le matin à six heures qu'il fasse tôt qu'il fasse tard.


Il s'y rencontre parfois entre vieilles connaissances quelqu'un qu'on n'avait pas revu depuis longtemps. Et ça n'fait pas vraiment plaisir. Où était-il passé ? En prison ? Sur un chantier. Ou chez les dingues ? C'est là tout l'ailleurs qui peut écarteler un homme.


-Tiens, à propos as-tu remarqué que les femmes ici sont interdites?


L'un n'a pas eu de chance ; l'autre n'est pas mort non plus. Les mains rouillées qui leur servent de maillons ont le froid métallique des évasions manquées et la mollesse serpentine des chaînes. Peu sont entiers de l'âme et quelques uns ne le sont pas du corps.


- Un train m'est passé dessus sans crier "gare", dit l'amputé à un nouveau.


Mais pas un ne rigole, car le cynisme n'est rien d'autre qu'une des formes éveillées du cauchemar ; et puis surtout, il manque trop de dents à son humour et à la rage.


Dans la salle de détente après le repas, la télévision parle toute seule ou à quelqu'un qui n'est pas là. Un schizophrène, un peu timide dans sa folie, lui fait l'aveu en rougissant qu'on n'a vu personne aujourd'hui. Bientôt une nuit électrostatique tombera sur l'écran ; alors on pourra regarder dans son reflet en gris sombre la retraite des dos voûtés, leur débâcle vers les dortoirs et cette étroite nuit au large du sommeil en barque sur les larmes.

 

source : revue Nouveaux Délits n°55